Big Data : commencez petit pour aller loin


Greg Villain est un architecte réseau passionné de technologie et d’innovation. Il a travaillé chez des opérateurs et fournisseurs d’accès internet, mais aussi dans des start-up, comme Dailymotion, Netflix… Toujours du côté technique. Aujourd’hui, il s’occupe du volet produit de Kentik (ouvre un nouvel onglet), start-up californienne qui fournit une plateforme d’analyse de trafic réseau. En clair, du Big Data appliqué aux flux réseaux, proposé sous forme de service. Cet expert de l’innovation numérique et du Big Data nous donne sa vision de cette technologie et de ses applications pour l’entreprise. À la clé : 8 conseils qui démystifient le Big Data !

Conseil #1

Remettez le Big Data à sa place !
Le Big Data, c’est analyser le comportement des données pour avoir un regard analytique sur l’entreprise. C’est aussi un mot en vogue qui recouvre différentes technologies. Or, la technologie ne doit pas être un objectif en soi mais rester un outil.

Conseil #2

Prenez conscience du potentiel des données…
Les entreprises doivent prendre conscience que de nombreuses réponses sont apportées par l’analyse des données auxquelles elles ont déjà accès : historique de l’activité et compréhension de son évolution, réalisation de projections dans le futur, simulation de scénarii… Mais très vite, l’entreprise comprendra qu’il lui faut collecter des données nouvelles en instrumentant l’activité.

Conseil #3

… et du Big Data
Le Big Data offre à l’entreprise une analyse récurrente de sa santé pour améliorer son fonctionnement ou identifier les tâches non rentables par exemple. Il permet aussi de modéliser l’activité, de prévoir les prochaines mutations, de simuler l’impact d’un événement…

Conseil #4

Commencez petit !
Attention, le principal risque est de vouloir concevoir un projet Big Data qui « fait tout » et d’accroître sans cesse son périmètre. Ce type de projet titanesque, vu comme « le projet magique qui va tout résoudre » n’aboutit jamais ! Il faut au contraire commencer par un projet modeste, le déployer progressivement et passer au suivant. Chaque pas en avant doit être utile immédiatement. Petit à petit, l’ampleur des projets sera accrue.

Conseil #5

Sachez que vous êtes concerné
Le Big Data concerne toutes les entreprises, toutes les activités… et tous les métiers de l’entreprise. Toute activité soucieuse d’instrumenter son activité peut collecter des données statistiques, marketing, sociales, ou encore des données remontées par les systèmes industriels et informatiques.

Conseil #6

Soyez ouvert
On affirme souvent qu’un projet de Big Data doit être porté par la direction. Cela simplifie en effet son adoption. Mais il ne faut pas pour autant bloquer des projets nés au sein des équipes, sans volonté ou stratégie initiale de la direction. À la naissance des technologies Cloud, on a vu des responsables IT découvrir a posteriori que leurs développeurs utilisaient des ressources dans le Cloud pour gagner en agilité… et définir une politique dédiée a posteriori.

De la même façon, le Big Data peut apparaître au sein des métiers : à l’entreprise de capitaliser sur ces acquis et d’accepter que les collaborateurs puissent influer sur la stratégie technologique !

Conseil #7

Communiquez concret
On l’a dit, le Big Data n’est pas une fin en soi. Il faut clairement définir ses objectifs et les communiquer dans l’entreprise pour éviter les déceptions !

Conseil #8

Réunissez les bonnes compétences
Une entreprise peut découvrir le Big Data en mode exploratoire en s’appuyant sur un prestataire extérieur. S’il devient stratégique, elle aura intérêt à l’internaliser, et à recruter des compétences nouvelles. Ces compétences sont encore rares, alors certaines entreprises n’hésitent pas à embaucher des talents sans avoir de besoin immédiat, simplement pour conserver leur niveau d’expertise… et laisser ces collaborateurs apporter des alternatives futures.

Greg Villain © DR

« Le Big Data n’est pas une fin en soi. Il faut clairement définir ses objectifs et les communiquer dans l’entreprise pour éviter les déceptions ! »
Greg Villain
Architecte réseau