VivaTech 2017, la technologie au service de l’humain


À Viva Technology, la technologie n’est pas déconnectée de la société et des humains qui en font l’utilisation : le Salon est animé par la vocation d’avoir un impact positif, fût-il social, environnemental, financier, humain… Alors que la fermeture approche, VivaTech prend fin sur une note résolument optimiste et humaniste : que la technologie serve l’humanité et la rende meilleure.

Former des créateurs et des entrepreneurs

Dédier la dernière journée de VivaTech à l’éducation et aux enfants, c’est aussi s’engager à relever les défis propres aux digital natives : canaliser l’utilisation de la technologie dans un contexte de sur-sollicitation digitale, adapter les modes d’apprentissage et sensibiliser à la culture numérique. Le projet #SuperCodeurs porté par Orange s’inscrit en droite ligne de ces enjeux : faire comprendre aux plus jeunes que nous pouvons tous être acteurs de la technologie, être créateurs et non seulement consommateurs.

Les aînés des SuperCodeurs ne sont pas en reste ! Pour cette édition de VivaTech, Orange a également accueilli 4 jeunes entrepreneurs sur les 12 sélectionnés lors d’un Barcamp.

Ces derniers ont pu présenter leurs projets face à une assistance de professionnels de l’écosystème connecté :

  1. Touch Lock, un cadenas biométrique connecté sous forme d’accessoire pour citadins ;
  2. StreetyFood, une app pour trouver le streetfood de son choix ;
  3. Essalog, une plateforme de recrutement pour les animateurs;
  4. Ethercourt.io, une platforme permettant d’auditer les start-up en early stage.

Construire le monde de demain

Les milieux scientifiques et technologiques sont souvent l’objet de reproches en matière de parité. VivaTech a intégré la conviction que le monde digital est toujours mieux servi par une représentation équitable des femmes en son sein. VivaTech a ainsi noué des partenariats avec plusieurs réseaux – Women’s Forum, StartHer, Paris Pionnières… – pour assurer une juste représentation des femmes parmi les intervenants et tout au long de l’événement.

La parité n’est pas une question d’apparence : dans une ère vouée aux transformations, comme le fait remarquer Mari-Noëlle Jégo-Laveissière, « nous construisons le monde de demain. Pour que ce monde convienne aux hommes et aux femmes de tout âge et de toute culture, il faut qu’il soit construit, pensé et imaginé par tous et toutes. »

L’impact positif : challenge accepté !

VivaTech est animé par une volonté de faire la lumière sur les technologies les plus décisives de notre temps, mais aussi sur leur manière de s’insérer dans nos vies quotidiennes et la société. Le « Positive Impact Challenge (ouvre un nouvel onglet) », concours qui dure tout le long de l’événement, ambitionne de révéler des start-up dont les solutions ont un effet positif lié au développement social, environnemental et financier.

En cette dernière journée de l’événement, 12 finalistes ont pitché leurs solutions liées à 4 thématiques : société, environnement, travail, et éducation. À la clé : un stand gratuit à Viva Technology 2018 pour le lauréat de chaque catégorie et, pour le grand gagnant, une campagne médiatique et commerciale réalisée par Marcel (Publicis) et le Groupe Les Echos, d’une valeur totale de 200 000€.

Zephyr Solar, start-up hébergée sur le Lab Orange, s’est démarquée en remportant le prix #PositiveImpact catégorie environnement pour son ballon solaire.

C’est au final la start-up Vendredi (ouvre un nouvel onglet) qui remporte le Grand Prix #PositiveImpact en plus de la distinction dans la catégorie travail. Vendredi propose de partager son temps entre une expérience en entreprise et une mission en association.