Women in Tech, l’initiative en faveur de la diversité venue de la Silicon Valley


Orange Silicon Valley a lancé fin 2018 le programme Women in Tech, une communauté de femmes et d’hommes de la Silicon Valley (et d’ailleurs) qui se réunit régulièrement pour échanger sur les thèmes de la diversité et de l’inclusion dans les TIC. Son objectif : rendre les innovations de femmes visibles, accessibles et concrètes d’un point de vue business. Le point à 4 voix, du côté d’Orange Silicon Valley et des start-up concernées par cette initiative.

Respectivement spécialiste marketing et responsable de partenariats chez Orange Silicon Valley, Alice Brisset et Julie Leclercq nous racontent la genèse de Women in Tech. L’occasion de revenir sur cette action qui s’inscrit dans la lignée des programmes existants du Groupe en faveur de l’égalité femmes/hommes.

« Au cours de ces dernières années chez Orange, nous avons croisé la route de fondatrices, investisseuses et dirigeantes inspirantes. Leurs témoignages nous ont ouvert les yeux sur la situation des femmes dans la Silicon Valley, en particulier dans le secteur des nouvelles technologies, où elles sont massivement sous-représentées. Pour comprendre ces inégalités, il faut revenir à l’éducation des jeunes filles. Selon une étude menée par l’American Association of University Women, seules 6 % des étudiantes en première année à l’université veulent se spécialiser dans l’ingénierie contre 19 % des étudiants. Plus tard, dans le monde du travail, elles ne représenteront plus que 30 % environ des salariés (tous postes confondus) des géants de la tech que sont Microsoft, Google et Apple. Même constat dans les cabinets de capital risque, où les femmes représentent 11 % de la masse salariale aux États-Unis. Exclure les femmes des métiers de l’innovation, c’est pourtant se priver d’un point de vue privilégié sur une part de marché équivalant à la moitié de la population mondiale et responsable de 80 % des achats de produits.

Fortes de cette prise de conscience, nous organisons depuis le début de l’année 2019, une série d’événements autour de thèmes ciblés tels que le bien-être, l’éducation ou les FemTech (technologies de santé destinées à améliorer le bien-être des femmes). Nos rencontres se font en petit comité pour que nos invités puissent échanger librement. Depuis le lancement de l’initiative, notre communauté n’a cessé de croître (+200% en 8 mois).

Ces événements nous ont permis de repérer et recruter de nombreuses start-up dans les différents programmes d’accélération d’Orange, d’identifier de nouvelles opportunités pour le Groupe en matière de tendances tech ou de produits et services, et bien entendu, de connecter les écosystèmes d’Orange avec ceux de la Silicon Valley (Women in Cleantech, FemTech collective, Advancing women in product…).

Notre plus grand succès serait de voir le concept repris dans d’autres entités. Nous avons en effet l’ambition de faire grandir l’initiative au sein d’Orange en mettant en avant les femmes du Groupe via des interviews ou en planifiant des événements plus globaux. Nous avons signé en ce sens un partenariat avec TedX San Francisco pour organiser un événement Women in Tech à plus grande échelle en 2020. »

FemTech & Women’s Reproductive Health : les technologies de santé au service du bien-être des femmes

Fort d’un premier succès, un deuxième événement dédié aux FemTech a été organisé par Orange Silicon Valley en septembre 2019. Encore considéré comme une niche il y a peu de temps, ce secteur a pris une grande ampleur sociétale et financière : on estime qu’il représentera
50 milliards de dollars en 2025.

Un panel de professionnels de santé a été convié à cette occasion : Rebecca Story, CEO de Bloomi, un site de e-commerce proposant des produits FemTech « clean », Sophia Yen, CEO et cofondatrice de Pandia Health, une plateforme donnant accès à de la prescription et livraison de produit contraceptifs et Alice Zheng, une consultante de McKinsey spécialisée dans la santé. Pour la première fois, les participants ont été invités à contribuer financièrement à l’événement dont 100 % des profits ont été reversés à une association appelée The Cup ; une organisation qui fournit des coupes menstruelles à des jeunes Kenyanes et les éduque sur des sujets tels que la sexualité ou la menstruation. Un ticket pour l’évènement acheté couvrait une jeune fille pour 10 ans de règles avec un accompagnement pédagogique bien sûr. Une manière de renforcer l’engagement de Women in Tech pour qui la meilleure façon de participer au combat pour l’égalité femmes/hommes est d’éduquer les nouvelles générations.

« Travailler avec Orange Silicon Valley nous a permis d’étendre le réseau de fondateurs d’Unboxd »

Nitasha Syed est la fondatrice d’Unboxd (ouvre un nouvel onglet), un média en ligne qui met en avant des femmes travaillant dans le secteur des sciences et des nouvelles technologies. Ces portraits inspirants permettent de donner un autre visage à des domaines d’activités encore représentés majoritairement par des hommes et encouragent les femmes à s’orienter vers des métiers scientifiques et technologiques.

Que vous a apporté le programme Women in Tech ?

Travailler avec Orange Silicon Valley est très instructif d’un point de vue professionnel mais aussi personnel. Même si Orange est une grande entreprise internationale, les équipes d’Orange Silicon Valley sont agiles et obtiennent des résultats rapidement. Cela m’a permis d’étendre le réseau des fondateurs pour Unboxd et d’organiser de nombreux événements en collaboration avec Orange. Contribuer à Women in Tech est par ailleurs extrêmement gratifiant pour moi. Le sujet me tient profondément à cœur et pouvoir en parler avec un groupe de femmes investies est très enrichissant.

Quelles seraient selon vous les actions à mener pour encourager la diversité et l’inclusion des femmes dans l’univers de la tech ?

Je pars du principe qu’on ne peut pas devenir ce qu’on ne connaît pas. C’est pourquoi nous travaillons avec des entreprises pour mettre en valeur les femmes qui y travaillent et leurs talents et ainsi favoriser le recrutement de candidats aux profils plus diversifiés.  

Comment votre start-up contribue-t-elle à cette inclusion ?

Nous établissons des liens étroits entre employés et futurs talents grâce au storytelling ; nous travaillons par exemple avec des entreprises en faisant la promotion interne de femmes ingénieures ou scientifiques qui sont des « role models » pour les employés . Le but est d’inciter plus de femmes à postuler à des rôles similaires. Nos rédacteurs, photographes et vidéographes passent du temps avec les équipes des entreprises pour créer un contenu pertinent et attractif.

« Nous aimons être en contact avec d’autres collectifs et entreprises qui tentent d’améliorer la santé des femmes »

Rebecca Story est la fondatrice et directrice de Bloomi (ouvre un nouvel onglet), un site de vente en ligne dédié à l’intimité féminine. Garantis non toxiques, les produits proposés ont tous été soumis à des tests cliniques.

De quelle manière encouragez-vous la diversité féminine et l’inclusion dans les technologies ?

Bloomi est une entreprise dirigée par une femme qui soutient l’apparition d’autres entreprises portées par des femmes dans l’écosystème des nouvelles technologies.

Comment votre start-up contribue-t-elle à cette mission ?

Bloomi a été créée pour permettre aux femmes de prendre des décisions éclairées concernant leur propre corps. Tous les contenus que nous publions sont validés par la recherche et les produits que nous vendons sur notre site sont certifiés non-toxiques.

Quel effet cela vous fait de participer à Women in Tech ?

C’est ce qui me plaît ! Bien que nous soyons une petite start-up, nous aimons être en contact avec d’autres collectifs et entreprises qui tentent d’améliorer la santé des femmes comme le fait Bloomi. Et c’est incroyable de le faire avec toute l’équipe d’Orange Silicon Valley qui met vraiment en lumière l’industrie des FemTech.