Startup Banlieue : un week-end tremplin pour les bonnes idées


Et de 2 ! Startup Banlieue était de retour le week-end du 12 au 14 octobre 2018. Son objectif cette année encore ? Aider un maximum de jeunes entrepreneurs – et aspirants – de banlieue qui portent un projet. Nathalie Brugeas, VP Insights & Business Innovation Opportunities chez Orange, a participé à l’aventure en tant que mentor. Rencontre.

Vous avez été mentor lors du week-end événement de Startup Banlieue. Comment vous est venue cette idée ?

Nathalie Brugeas : Orange, qui soutient l’évènement, m’a proposé d’être mentor. J’ai immédiatement accepté : pour rien au monde je n’aurais raté ce rendez-vous ! D’abord, parce que je crois profondément à l’entrepreneuriat. Je suis d’ailleurs membre du club « Génération #Startuppeuse » qui accompagne les jeunes entrepreneuses. Ensuite, parce que ce genre d’événement est non seulement très efficace pour les startuppers, mais c’est aussi un véritable enrichissement pour tous.

Vous avez participé à cet évènement en tant que collaboratrice d’Orange ?

N. B. : J’ai représenté Orange car pour le Groupe, être présent était important. Orange, par son histoire et son implantation internationale, sait que la diversité et la mixité sont une force. Des profils variés sont une source de richesse et génèrent une véritable dynamique en interne. À ce titre, soutenir des jeunes issus de banlieue, qui ont des idées mais pas facilement accès au monde de l’entrepreneuriat, relève de l’évidence !

J’étais aussi présente à titre personnel sur Startup Banlieue dont je partage les valeurs et les objectifs. Il faut encourager ce type d’initiatives. Toute bonne idée doit être valorisée, quels que soient le milieu et la compétence initiale du porteur de cette idée, en espérant qu’elle puisse se transformer en réussite business. Les belles histoires ne se rencontrent pas qu’aux États-Unis !

Que pensiez-vous apporter aux jeunes participants ?

N. B. : Depuis mon entrée dans le Groupe en 2002, j’ai occupé différents postes avec un point commun : la transformation des métiers. Au fil des ans, j’ai ainsi pu contribuer à repenser la relation client, à créer la première communauté de testeurs en ligne, à initier l’explocentre avant que l’on parle d’intrapreneuriat, à accompagner l’arrivée du campus Orange Garden…
J’ai ensuite passé 6 mois aux États-Unis pour perfectionner mes compétences en matière de coaching et j’y ai accompagné des start-up françaises.
J’occupe aujourd’hui une fonction de direction marketing stratégique, ce qui implique d’avoir toujours « un coup d’avance » sur le marché. Ce parcours et cette expérience me portent naturellement à encourager et guider les initiatives entrepreneuriales, à trouver comment « débloquer » une idée… C’est cela que je souhaitais mettre à profit durant ce week-end.

Et comment s’est déroulé le week-end ?

N. B. : Le vendredi, veille de l’arrivée des mentors, les 19 porteurs de projets ont présenté leur idée à tous les jeunes participants. Des équipes de 4 ou 5 jeunes se sont formées autour d’eux par affinités. Elles devaient avancer sur leur projet le samedi et le présenter au jury le lendemain. J’ai été séduite par la diversité des profils des participants, très représentative de notre société.
Les projets présentaient différents degrés de maturité. Je me suis adaptée aux attentes des uns et des autres en aidant certains à affiner leur concept et en permettant à d’autres de valoriser leur projet à l’oral. Tous devaient être rassurés. Je suis partie samedi à 22h30 tandis que les jeunes ont continué à travailler une bonne partie de la nuit…

Quel bilan faites-vous de ce week-end ?

N.B. : Tous ont progressé de façon spectaculaire. Leur idée a mûri… Et eux aussi ! Ils avaient davantage d’aisance et de présence. J’ai pu apporter mon aide à 12 groupes en m’appropriant chaque projet pour mieux l’appréhender et en les aidant à le faire évoluer sans le changer. Impossible ensuite de les juger : je n’aurais pas voulu être à la place du jury ! Mais peu importe qui a remporté le prix : tous ont gagné. Et le week-end a été très enrichissant pour moi. J’ai laissé mes coordonnées aux groupes avec lesquels j’ai fait un petit bout de chemin, j’espère avoir de leurs nouvelles !
Et puis je souhaite souligner la qualité et la bienveillance de l’organisation. Les bénévoles de l’association ont été formidables.

Quels conseils avez-vous donnés à ces jeunes qui portent une idée ou un projet ?

N. B. : Ces jeunes doivent avoir confiance en eux et en les autres : j’ai toujours constaté beaucoup de bienveillance autour de tous les projets de création d’activité. Ils doivent se lancer et trouver les bons appuis pour se faire aider. Ils ne doivent surtout pas craindre l’échec car l’esprit entrepreneurial est par nature positif. Même si le projet n’aboutit pas finalement, il ne s’agira pas d’un échec, car la démarche aura été formatrice et bénéfique. Ils ne doivent pas se mettre en position de regretter de ne pas avoir osé. En un mot, je leur ai dit… Foncez !

Startup Banlieue : de l’événement à l’association

Novembre 2017. Une équipe de bénévoles donne vie à Startup Banlieue (ouvre un nouvel onglet). Cet événement ambitieux qui se déroule sur 3 jours a pour objectif de donner un coup de pouce à des jeunes de banlieue ayant un projet d’activité.

« Pour concrétiser un projet, un déclencheur est souvent nécessaire : un coup de pouce, une rencontre… C’est ce que Startup Banlieue veut susciter, en réunissant des jeunes porteurs de projets et des mentors eux-mêmes entrepreneurs ou bien issus du monde de l’entreprise qui apportent leur savoir-faire, leur expérience, leur réseau… », explique Kawtar Hazel, co-fondatrice et à l’initiative de Startup Banlieue.

Le succès est tel que l’équipe devient une association pour pérenniser son action.

Les 15 bénévoles poursuivent sur leur lancée en 2018 en organisant un deuxième week-end événement. 100 jeunes sont ainsi conviés, dont 20 avec un projet déjà précis. En équipes, ils vont développer leurs idées durant 3 journées intenses, entourés de professionnels du marketing, de la création d’entreprise, de l’innovation, etc.

Chaque équipe va faire mûrir son projet, créer un prototype, affiner un business model… Après une cinquantaine d’heures de travail collaboratif dans une ambiance conviviale, chaque groupe présentera son projet, au Stade de France, devant un jury de professionnels, investisseurs et partenaires potentiels.

À la clé : des prix pour les gagnants… et un week-end riche et formateur pour tous !

Parmi les 20 projets présentés en 2017, 3 ont intégré un incubateur, un est devenu une entreprise qui a signé ses premiers contrats… Nous investissons énormément de temps et d’énergie en marge de notre vie professionnelle, mais nous sommes largement récompensés.

Kawtar Hazel