Philippe Lima, WaryMe : « Notre effectif est à plus de 40 % féminin »


Philippe Lima, salarié d’Orange en essaimage, fait partie de la start-up WaryMe. Elle propose d’assister les entreprises pour renforcer la sécurité des établissements, du personnel ou des usagers, avec une application mobile « 3 en 1 ». Il revient pour nous en trois questions sur les particularités de son équipe.

Philippe à gauche, Boris avec le trophée

Philippe Lima (à gauche) et Boris Berger. © DR

Pouvez-vous décrire en quelques mots votre équipe ? Profils, compétences…

Philippe Lima : Boris Berger, à l’origine du projet, a travaillé entre 2010 et 2015 au développement d’une technologie qui deviendra le cœur de la solution WaryMe. Début 2016, les conditions étaient réunies pour lancer, sur cette base, le projet de création d’entreprise. C’est à ce moment que j’ai rejoint l’aventure. Étude de marché, veille concurrentielle, business model et positionnement stratégique ont occupé une partie de l’année, grâce notamment au programme « Devenez entrepreneur du digital » que nous avons suivi, en tant que salariés Orange. A l’issue de quoi, la French Tech Rennes Saint-Malo (via le programme du Booster) et le technopôle Rennes Atalante (programme Emergys) nous ont accompagnés pour confirmer ces hypothèses et le plan projet.

Avez-vous déjà commencé à recruter ?

Philippe Lima : Oui, début 2018, avec l’arrivée de deux développeurs et de trois stagiaires/alternants, constituant ainsi une équipe de sept personnes pour les prochains mois. Les profils recrutés sont plutôt techniques dans les premiers mois, mais nous serons rejoints à partir de septembre par un ou deux profils commerciaux. A noter qu’avec deux développeuses et une personne en marketing, notre effectif est à plus de 40 % féminin.

Comment voyez-vous, dans un futur proche, l’évolution de WaryMe ?

Philippe Lima : Nos deux prochaines années vont nous permettre d’en apprendre beaucoup sur la façon de déployer efficacement notre solution dans un maximum d’établissements. L’objectif est ensuite de créer des liens et des synergies entre toutes ces zones protégées et de couvrir des zones urbaines publiques, notamment en lien avec les forces de l’ordre. L’idée est bien de révolutionner la chaine d’alerte actuelle au 112 et d’offrir une réponse aux défis de demain, tels que la sécurisation des évènements publics majeurs. Les Jeux Olympiques à Paris en 2024 se profilent à l’horizon…

> Découvrir WaryMe