Comment Phenix organise la distribution des invendus ?


Les mesures de confinement liés à la crise du coronavirus ont provoqué à la fois des surstocks de produits frais et l’arrêt de certaines associations d’aide alimentaire. Phenix , spécialiste depuis 2014 de la redistribution d’invendus, a mobilisé son réseau pour apporter des solutions et répondre à l’urgence. Explications de Clément Carreau, responsable des relations publiques de la start-up.

Phenix est une entreprise sociale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Comment fonctionnez-vous ?

Clément Carreau : Nous sommes un intermédiaire entre les magasins de la grande distribution, les grossistes, les producteurs et des associations d’aide alimentaire. Nous avons ainsi mis en place un circuit dans lequel tout le monde est gagnant : les distributeurs réduisent leurs pertes et les associations peuvent récupérer des produits alimentaires et non-alimentaires. Nous avons aussi une application sur laquelle les commerçants peuvent proposer leurs invendus (et notamment les produits non éligibles au don comme les plats préparés) à des particuliers. Nous sommes le seul acteur à nous adresser à toute la chaîne de valeur et chacun peut ainsi participer à son échelle à réduire le gaspillage. Et nous comptons bien poursuivre notre ambition ! Phenix (ouvre un nouvel onglet) est aujourd’hui implanté en Belgique, en Suisse, en Espagne et au Portugal.

À quelle situation d’urgence avez-vous été confrontés au moment de l’entrée en vigueur des mesures de confinement liées à la crise du coronavirus ?

Clément Carreau : Beaucoup de bénévoles d’associations se sont retrouvés confinés et contraints de cesser leur activité. Par effet domino, certaines entreprises ont donc été coupées des associations avec lesquelles elles avaient l’habitude de travailler. Or, dans le même temps, leurs stocks de produits frais augmentaient du fait de la fermeture des restaurants, des cantines… Sur les réseaux sociaux, des grossistes, des traiteurs ont lancé des appels à l’aide qui nous ont été transmis. Certaines entreprises nous ont aussi directement contactés.

En quoi votre solution et votre organisation sont-elles adaptées pour réagir vite ?

Clément Carreau : Nous avons une excellente connaissance du secteur et un maillage territorial bien construit, avec 27 antennes régionales. D’un point de vue technique, notre base de données nous permet de connaître parfaitement nos 1 300 associations partenaires, leurs besoins, leurs jours d’ouverture… Cette plateforme nous permet de réagir vite et de trouver une solution à un professionnel de l’alimentaire en moins de 24 heures. 

Cette crise va-t-elle modifier votre secteur d’activité ?

Clément Carreau : La prise de conscience sur le gaspillage est assez récente. Avec la crise du Covid-19, le sujet a fait la une. Cela peut initier de bonnes pratiques chez les distributeurs et chez les consommateurs à l’avenir. Nous espérons seulement que les questions RSE ne seront pas mises de côté quand les entreprises relanceront leur activité économique.

Orange et Phenix, retour sur une collaboration fructueuse

« Nous avons eu recours à la gamme de solutions Orange Business Services pour notre téléphonie d’entreprise et notre réseau internet », précise Clément Carreau. « Orange a aussi largement contribué à notre visibilité et à la mise en valeur de nos solutions antigaspillage, en coproduisant notamment une vidéo diffusée sur M6 qui nous a bien aidé à faire connaître notre marque et nos services auprès du grand public. »